Formations

3ème année : options

Option d'ingénieur : Protection des plantes et environnement

- Thématique de la formation : agronomie et productions végétales; biologie, écologie et biodiversité
- Niveau d'entrée : Ingénieur
- Niveau de sortie : Bac +5
- Public concerné : Formation initiale ou Formation continue ou Etudiant étranger
- Date de début de la formation : Septembre
- Période de la formation : Année entière
- Nombre d'heures de la formation : 400
- Nombre de crédits ECTS : 60

Objectifs de la formation

La protection des cultures est un secteur en pleine évolution, aussi bien en terme de concepts que d'acteurs. Les débats autour de l'agriculture biologique, des OGM, de la pollution des nappes, des résidus de pesticides dans les aliments ou encore sur l'agriculture raisonnée, le démontrent parfaitement. Cela ne signifie pas pour autant que le marché du travail se restreigne pour les ingénieurs agronomes mais au contraire qu’il évolue en conséquence et ne se cantonne plus comme autrefois aux métiers liés essentiellement à l'agrofourniture.

Les enseignements de cette option ont pour objectifs d'apporter les éléments scientifiques et opérationnels permettant de former des ingénieurs généralistes en protection des plantes, capables de gérer et d'appréhender les évolutions ayant trait à une modification de la perception du vivant, du complexe bio-agresseur / auxiliaire / plante / facteurs abiotiques, et à sa gestion. La protection des plantes est pluridisciplinaire et fait appel à la biologie et l'écologie des organismes bio-agresseurs des cultures, pour raisonner les stratégies de lutte, qui peuvent inclure l'utilisation de pesticides ou le recours à des solutions alternatives ou complémentaires : lutte prophylactique, lutte génétique, lutte biologique, tout en prenant en compte les objectifs du producteur et du citoyen. Les enseignements de la spécialisation combinent donc des aspects techniques, scientifiques, culturels, environnementaux, industriels et politiques.

La Section de troisième cycle inter-écoles "Protection des plantes et environnement" dispense donc un enseignement de haut niveau concernant les disciplines phytosanitaires mais aussi des disciplines plus transversales nécessaires aux ingénieurs pour être parfaitement opérationnels. Celui-ci a pour objectif de compléter et de spécialiser la formation de base de futurs ingénieurs qui auront à assumer des responsabilités dans le domaine de la protection des plantes, dans une perspective de développement et d'applications de pratiques phytosanitaires respectueuses de l'environnement, dans le contexte des productions raisonnée, intégrée ou biologique.

Télécharger la plaquette de présentation de la formation

Conditions d'admission

L'option est ouverte aux élèves ingénieurs agronomes et aux élèves ingénieurs provenant des ENITA, en fin de 2ème année. Cela suppose que les élèves s'engageant dans cette filière aient acquis des connaissances très solides dans les disciplines fondamentales associées à la définition de base de tout ingénieur, ainsi qu'une bonne formation en agronomie générale au sein de laquelle les disciplines phytosanitaires et l'écologie auront une place prépondérante.

Modalités d'inscription

Les candidatures des étudiants des écoles autres que Montpellier SupAgro seront envoyées par les directions des études de ces écoles à la DEVE (Direction de l'Enseignement et de la Vie Etudiante) de Montpellier SupAgro.

L’option se déroule soit par la voie classique (avec stage de fin d'études de 6 mois), soit en alternance pour renforcer ses compétences professionnelles (contrat de professionnalisation de 15 mois, combinant des périodes de formation en entreprise et à Montpellier SupAgro).

Pour vous aider dans vos recherches, suivez le guide (la démarche, les aides financières...) et consultez le "mode d'emploi du contrat pro" (informations pratiques).

Pour renseigner avec précision l'entreprise sur le contrat de professionnalisation, reportez-vous au formulaire d'information destiné à l'employeur.

Dans votre intérêt, il est souhaitable de rechercher une structure d'accueil le plus tôt possible. Pour connaître le type de missions confiées dans le cadre de l’alternance, l’organisation pratique des périodes en entreprise / à Montpellier SupAgro, etc..., contactez les responsables de la formation.

Débouchés

Ils se situent dans le domaine phytosanitaire, en relation avec des problématiques et contraintes environnementales : - Organisations professionnelles agricoles diverses, Chambres d'agriculture, Coopératives, Compagnies des eaux, Grande et Moyenne Distribution, ... - Instituts techniques de France et d'Outre-mer. - Bureaux d'études et sociétés de services. - Secteur public : Instituts de recherche métropolitains et d'Outre-Mer, Enseignements supérieur, secondaire et professionnel pour adultes, développement, espaces verts. - Industrie agropharmaceutique : recherche, homologation, expérimentation, développement, commercialisation.

Contenus de la formation

Acquisition de connaissances
La formation vise à l'acquisition de connaissances approfondies dans les domaines des sciences de base de la protection des plantes : zoologie agricole, pathologie végétale, malherbologie, écologie, phytopharmacie ainsi que dans des disciplines transversales appliquées au secteur de la protection des plantes et indispensables aux ingénieurs pour l’élaboration de stratégies de gestion : symptomatologie et diagnostic, génétique et dynamique des populations, statistiques, planifications expérimentales, marketing et gestion des entreprises, normes et réglementation.

Acquisition de compétences
Les ingénieurs agronomes sont capables de prendre en charge différentes fonctions au sein des entreprises de l’agrofourniture ou de services (secteur public, coopératif ou privé), d’intervenir dans le «pilotage par l’aval» de l’ensemble des éléments techniques déterminants pour l’élaboration de stratégies de protection des plantes tout en prenant en compte la réglementation et l’impact environnemental.

Programme de la formation

Organisation générale de la formation :
Afin de valoriser au maximum le potentiel scientifique et technique existant dans le domaine phytosanitaire, cet enseignement est organisé conjointement par Montpellier SupAgro, Agrocampus Ouest - Site de Rennes et AgroParisTech. Les étudiants séjournent ainsi successivement 8 semaines dans chacun des trois centres d'enseignement. Cet enseignement théorique est suivi d'un stage pratique de 6 mois et demi.

Dans le cadre du programme SOCRATES / LEONARDO, il est possible pour les étudiants de suivre tout ou partie de cette formation dans une université européenne avec laquelle Montpellier SupAgro a établi des relations, en particulier l'Université de Reading ou Imperial College-Ascot (Royaume Uni), la Faculté Universitaire des Sciences agronomiques de Gembloux (Belgique), les Universités de Giessen ou de Bonn (Allemagne) ou dans toute autre université européenne retenue.

L'option s'appuie sur une stratégie pédagogique basée sur une approche pluridisciplinaire et transversale de la protection des plantes, illustrée par des exemples pris dans plusieurs filières et secteurs d’activités.

Le programme est défini en fonction des exigences scientifiques et du marché de l'emploi par un Comité de Pilotage composé de responsables de l'enseignement supérieur agronomique et universitaire, de la recherche publique et du secteur privé et du développement agricole. Il porte sur les disciplines phytosanitaires et est dispensé dans le cadre de modules d'une durée d'une ou deux semaines, chaque semaine d'enseignement valant 1,5 crédits ECTS.

Une part importante de l'enseignement est réservée à des disciplines voisines, en particulier dans le secteur technico-économique (économie, mercatique), agro-alimentaire (problèmes de sécurité alimentaire) et dans celui de la biométrie (modélisation et planification expérimentale, échantillonnage et aides à la décision).


Travail personnel
Une part importante de temps affiché à l’emploi du temps dans les trois Ecoles est consacré à un travail personnel (50 h par Ecole).

Stages de fin d’études
Le stage de fin d'études, obligatoire, débute vers le 15-20 mars et dure 6 mois et demi. Il se déroule dans un laboratoire de recherche français (INRA, CIRAD, IRD, CNRS,...) ou étranger (USDA, CSIRO, ...) ou dans tout autre organisme agréé par le Comité de Pilotage de la spécialisation et validé par les enseignants, en France ou à l'étranger : Service de la Qualité et de la Protection des Végétaux, Instituts techniques, firmes phytosanitaires, groupements de producteurs, chambres d’agriculture, etc. Son but est d'apporter un complément à la formation de l'ingénieur en le plaçant dans les conditions réelles d'application de ses compétences.
Ce stage donne lieu à la rédaction d'un mémoire et à sa soutenance devant un jury composé d'enseignants des écoles, du maître de stage, de membres du Comité de Pilotage, éventuellement de spécialistes extérieurs.

Programme et horaires des enseignements :

L'une des particularités appréciées de cette spécialisation est qu'elle comprend 3 séquences de 2 mois environ, se déroulant chacune dans une école différente : Montpellier SupAgro, Agrocampus Ouest - Site de Rennes et AgroParisTech, avec une équipe pédagogique différente.

Première séquence : Montpellier SupAgro
La première séquence comprend 4 modules portant essentiellement sur la biologie des bioagresseurs (arthropodes, micro-organismes : mycologie, virologie, malherbologie), sur la lutte biologique et sur la résistance des plantes.

  • Module 1. Caractéristiques des bioagresseurs : Virologie (16 heures), Mycologie (12 heures) Entomologie (15 heures), Acarologie (6 heures), Bactériologie (6 heures), Nématologie (6 heures), Malherbologie (9 heures)
  • Module 2. Malherbologie (42 heures)
  • Module 3. Lutte biologique (25 heures)
  • Module 4. Résistance des plantes (32 heures)

Deuxième séquence : Agrocampus Ouest - Site de Rennes
Les enseignements dispensés à l'ENSA-R concernent essentiellement, la biologie, la dynamique et la génétique des populations, les aspects statistiques et la nématologie. L'enseignement est découpé en 4 modules:

  • Module 1. Echantillonnage, analyse de données, plan d'expériences (28 heures)
  • Module 2. Maladies et ravageurs telluriques (21 heures)
  • Module 3. Génétique des populations appliquée à la protection des plantes (35 heures)
  • Module 4. Dynamique des populations et modélisation (18 heures)

Troisième séquence : AgroParisTech
Cette séquence comprend 5 modules principalement axés sur les produits phytosanitaires, leur évolution et l'évolution du raisonnement de la lutte, la résistance, leurs actions sur l'environnement, avec des interventions à la fois des firmes phytosanitaires, de la grande distribution et des instituts de recherche. Des aspects liés aux alternatives à la lutte chimique y sont également abordés.

  • Module 1. Epidémiologie, prévision des risques (25 heures)
  • Module 2. Ecologie chimique (25 heures)
  • Module 3. Mode d'action des produits phytosanitaires, application et risques (25 heures)
  • Module 4. Homologation, marketing, distribution (25 heures)
  • Module 5. Génie génétique et biotechnologies (25 heures)

Des travaux personnels se déroulant durant les trois séquences sont proposés aux étudiants chaque année sur des thèmes variés de la protection des plantes, souvent en relation avec des demandes émanant directement de la Profession.

Stage de fin d’études :
Les enseignements de l'option sont complétés par un stage de fin d'étude d'une durée de 6 mois et demi (mi mars - septembre) dans des organismes divers, en France ou à l'étranger, instituts de recherche ou instituts techniques, entreprises privées.


Evaluation : 
L'option "Protection des Plantes et environnement" est délivré par l'école de rattachement administratif des élèves (AgroParisTech, Montpellier SupAgro, Agrocampus Ouest - Site de Rennes) au vu des résultats obtenus par l'étudiant au cours de l'année et à partir des propositions faites par le Conseil d’Orientation de la Section, puis par le Conseil des Enseignants de l'établissement de rattachement de l'étudiant. Les élèves participant au programme SOCRATES / LEONARDO reçoivent en outre une attestation officielle pour les études suivies à l'étranger dans le cadre de ce programme.

Le premier semestre d'enseignement théorique : 30 crédits ECTS
et le mémoire de fin d'études (stage pratique) : 30 crédits ECTS
comptent chacun pour moitié dans l'attribution de la note finale.
 

Lieu où se déroule la formation

Montpellier
Rennes
Paris (Grignon)

Responsable(s) de la formation

Serge KREITER

Partenaire(s) co-habilité(s) pour cette formation

AgroParisTech
Agrocampus Ouest

Date de dernière mise à jour : 21/09/2016